Bandeau du site Manubambou

Atelier du bambou

 

  • On me demande souvent comment on fabrique un cerf-volant. Chaque cerf-volant étant différent il faudrait presque un livre complet pour chacun d'entre eux.

    Je présente ici sous la forme d'un reportage, quelques trucs et astuces pour la réalisation d'un cerf-volant dont la structure est en bambou refendu.
    Il s'agit ici d'un cerf-volant chinois composé de deux hirondelles volant en tandem.

    Ceci n'est pas un mode d'emploi mais plus une présentation imagée de l'artisanat que je pratique. Comme je le dis souvent : tailler et former le bambou et une affaire de sensation et d'entrainement aux sensations. La vue certes, mais aussi l’ouïe, l'odorat et bien sur le touché sont en éveil.

  • Les deux hirondelles en tandem est un cerf-volant traditionnel chinois et symbolise la fidélité.

    Les deux hirondelles sont chacune attachées à l'extrémité d'une baguette au centre de laquelle et attaché le fil de retenu. La baguette de bambou souple et élastique permet aux hirondelles de danser dans le vent et de tournoyer l'une autour de l'autre dans un balais très réaliste.

  • Image 1
  • 1-2- Du fil solide.
    3- Une scie à tirant ou scie japonaise.
    4- Un rabot à main.
    5- Des ciseaux.
    6- Une lampe à flamme froide.
    7-8- Colle à bois et/ou colle contact.
    9- Une paire de pince.
    10- Pince coupante.
    11-12-13- Couteaux à refendre le bambou.11- pour fendre le gros, 12- pour dépulper et 13- pour fendre le fin et racler le fil.

  • Image 2
  • A partir de l'image du cerf-volant je trace un gabarit des différentes baguettes qui forme la structure du cerf-volant. Ici les deux hirondelles sont identiques, et chacune d'elle est symétrique. Donc le gabarit d'un demi cerf-volant est suffisant.

  • Image 3
  • Image 4
  • Les baguettes sont taillées et formées à partir de bambou brut et sec.
    Je repère toujours le sens de pousse du bambou. Le bambou et toujours refendu en sens inverse de sa croissance donc depuis le haut vers le bas. Cela permet de rester droit sur le fil de fente.

  • Pour fendre droit, le bambou est toujours refendu en deux moitiés d'égales largeurs.
    Ici je prépare une baguette d'environ 1 cm de large et 40 cm de long pour y tailler les 4 baguettes des bords d'attaques des 4 ailes des hirondelles.

  • Image 5
  • Seule l'écorce du bambou est souple et élastique. C'est la partie coté vernie que l'on veut garder. La pulpe coté intérieur est refendue.
    L'écorce représente à peine 10% à 20% de l'épaisseur du bambou. D'où l’intérêt d'utiliser du bambou de large diamètre. Car il est plus épais.

  • Image 6
  • Avec un couteau plat il s'agit de refendre le bambou dans l'épaisseur afin de ne garder que l'écorce.
    Il y a entre la pulpe et l'écorce une zone de faiblesse qu'il faut trouver et garder en trajectoire de fente tout au long de la baguette. C'est pas simple au passage des noeuds.

  • Image 7
  • La baguette une fois dépulpée est ensuite affinée à l'aide du rabot à main. On doit obtenir une baguette de tranche rectangulaire régulière et homogène sur toute la longueur. C'est aussi à ce moment que l'on peu raboter les reliefs des nœuds du bambou coté vernis.

  • Image 8
  • La baguette ainsi taillée est ensuite formée à chaud. On chauffe le bambou coté vernis au dessus de la lampe froide. Celui-ci devient mou comme du caoutchouc juste à l'endroit de chauffe. On donne la courbure désiré. Le bambou garde la forme en refroidissant. C'est du modelage à chaud.

  • Image 9
  • On ajuste ainsi la forme (le profil) de la baguette sur le gabarit.
    Que ce soit pour fendre ou former le bambou c'est une affaire de sensation et de pratique. Il faut sentir les faiblesses et les résistances du bambou à la lame ou à la flamme.
    Seul l'entrainement et la pratique permettent d'apprivoiser la gestuelle de cet artisanat.
    Il faut sentir le bambou quand on le chauffe (odeur de caramel). Il faut écouter le bambou quand il fend. Son craquement vous dit si vous êtes au bon endroit ou si il faut réorienter le geste pour maintenir la ligne de fente.

  • Image 10
  • Ainsi on taille et on forme ici les trois baguettes permettant la construction de la structure des 4 ailes de nos 2 hirondelles. Avec un crayon il est temps de marquer sur les baguettes les repères d'assemblage.

  • Image 11
  • Les baguettes sont ensuite refendu en 2, puis en 4.

  • Image 12
  • Les baguettes sont affinées deux à deux avec le rabot. C'est une bonne façon de s'assurer de la symétrie des baguettes pour une hirondelle puis pour l'autre.

  • Image 13
  • Les ailes des hirondelles sont démontables. Les baguettes des bords d'attaques sont taillées en biseau afin de ce coincer dans un tube. Ici un petit tube en carbone qui sera ensuite monté sur le corps de l'hirondelle.

  • Image 14
  • Toutes les baguettes sont ensuite raclées afin d'enlever le fil tranchant des arêtes.

  • Image 15
  • L'assemblage est réalisé par collage est ligature. Moi j'utilise de la colle contact. De sorte que les baguettes sont maintenues en place lors de l'opération de ligature.

  • Image 16
  • La ligature au fil. Moi je fait un nœud de pendu bien serré.

  • Image 17
  • Le tube de carbone est monté sur un brin de bambou rigide qui sera ensuite assemblé au corps de l'hirondelle.

  • Image 18
  • On procède de la même manière que pour les ailes. Les baguettes des corps et des queues sont taillées puis formées à chaud.

  • Image 19
  • Les baguettes sont refendu en 2 puis en 4 pour obtenir 2 corps et 2 queues d'hirondelles identiques.

  • Image 20
  • Assemblage des baguettes du corps des hirondelles.

  • Image 21
  • Les ailes démontables sont ajustées au corps. La queue ne sera attachée au corps qu’après avoir été recouvert par la voilure. Mais c'est a voir dans un autre reportage photo à venir.

  • Image 22

©2016 manubambou.com | Mention légale |